Artisons #5: « Mémoire »

Tout d’abord, voici les résultats du défi « Délinquance ». Merci à vos participation.

K9-separateur-small4

Alda Rana (300 mots + Fanart)

 

Les soleils achevaient de se coucher derrière les étals du grand marché d’Agoraia quand les deux Seigneurs du Temps, étourdis de couleurs et d’objets exotiques, poussèrent la porte du TARDIS. Romana lâcha ses achats en pile sur le sol et se laissa tomber sur un siège, tandis que le Docteur fouillait nerveusement ses poches.

« Ah… mais… où sont passés mes jelly babies ? Romana ! C’est vous qui m’avez encore fait les poches ?

– Moi, non, répondit la jeune femme avec un grand sourire. Mais vous avez beaucoup intéressé les petits pickpockets qui traînaient sur le marché.

– Vous les avez vus faire ? Et vous ne m’avez rien dit ? A quoi servez-vous, enfin ? »

A vrai dire, Romana avait été plusieurs fois tentée d’attirer l’attention de son compagnon sur la procession de gamins dépenaillés qui l’avaient suivi à la trace d’un bout à l’autre du marché, s’approchant l’un après l’autre pour lui voler paquet de jelly babies, flûte à bec, pelotes de laine, monnaies d’une douzaine de civilisations différentes, cuillères, vieux sandwichs, carnets, clé de douze et Rassilon savait quoi encore. Mais au bout de la troisième fois, elle avait décidé que le spectacle était trop amusant pour être interrompu, et qu’il aurait été cruel de priver les pauvres mômes, condamnés à une vie de vol à la tire sur le plus grand marché des trois systèmes, du seul client qu’ils croiseraient jamais avec des poches plus grandes à l’intérieur.

« Vous devriez arrêter de manger ça, de toute façon. C’est mauvais pour les dents et ça vous excite. Oh, ne faites pas cette tête ! Je vais nous faire du thé. Tenez, j’ai acheté ce superbe mélange aux épices de Raxon-6, là, dans mon sac… ah mais… où est passé mon sac ? »

 ET:

onrecherche

K9-separateur-small4

Amane Matsuo (audio imaginaire)

10151582_10203523887835604_1030357540_n

L’Académie de Gallifrey est hantée. C’est, du moins, ce que prétendent les étudiants : certains d’entre eux auraient en effet aperçu une silhouette étrange errer dans les couloirs à certaines heures de la nuit, celle d’un vieil homme affolé, vêtu d’un vieux costume victorien et assisté d’une canne.
Le Professeur Messalyn est déterminée à prouver que le fantôme n’est que le produit de l’imagination de ses élèves. Mais tandis que son enquête suit son cours, elle réalise bientôt que l’apparition est bien réelle, et, plus important encore, semble rechercher avec ferveur un étudiant Gallifreyien bien particulier.
Quel lien relie l’homme qui se fait appeler le Docteur et le jeune Theta-Sigma ? Et pourquoi le Docteur semble t-il obsédé par la «Fontaine de Jouvence», un des plus vieux artefacts de Gallifrey ? Messalyn est au moins certaine d’une chose : le sort de l’Académie repose désormais entre les mains de son élève le plus turbulent et incontrôlable. Ce qui n’est pas pour la rassurer…

Theta-Sigma – Tom Felton
Professeur Messalyn : Tinda Swinton
Ki-Delta – Jake McGann
Le Gardien – John Banks
Penelope – Olivia Coleman
Koschei – Iwan Rheon

K9-separateur-small4

KathWho (Fanart)

ShalkaNine and 8_petit

(ShalkaNine and 8)

K9-separateur-small4

Manon Whovian, qui  nous offre le plaisir d’admirer ses jolies balles en bois… qu’elle offrira bientôt à notre « délinquante » préférée!

1899437_10200957485739718_1344400960_o     1974021_10200957486219730_978530019_o

K9-separateur-small4

Marie D. (100 mots)

Il regarda à droite, puis à gauche. Le tunnel sous le passage du train était vide et sombre. Il saisit son feutre et commença à tracer 4 lettres sur le mur.
Soudain, un mouvement dans l’obscurité. Un étrange être qui le frôle, à la peau froide, reptilienne. Puis un homme d’un certain âge, à la chevelure blanche et bouclée, qui court derrière la créature. Il se sent paralysé. L’homme le dépasse, pour revenir ensuite sur ses pas.
« Ecrire de ses insanités sur les murs ! Petit délinquant ! »
Comme l’autre s’éloignait à nouveau, le jeune homme effaça l’insulte.

K9-separateur-small4

Stéphanie Louastron (100 mots)

Que n’aurait t’ il pas fait pour pouvoir s’échapper de ce monde ne serait ce même qu’un instant.

C’est alors qu’il l’aperçut trônant dans la cour et une idée lui vint. Au diable son illustre propriétaire !! Cette lourde machine bleue, grotesque et stupide ferait tout aussi bien l’affaire.

N’écoutant déjà plus que distraitement ce que son ami lui disait, l’envie irrépressible de la voler pour pimenter son triste quotidien s’affirmait comme une évidence.

D’une voix déterminée et sans appel il lança: Allez Hippo vient nous allons faire un tour.

K9-separateur-small4

Umanimo (1000 mots)

« Voyous ! »

« Chut ! »

Les deux jeunes gens se faufilent dans les couloirs de l’Académie.

Celui qui ouvre la marche est grand et mince. Sa chevelure blonde se hérisse d’épis indisciplinés, tandis que ses yeux noisette, au regard vif, épient les mouvements suspects dans l’ombre. L’autre est plus petit, d’une corpulence plus ramassée. Ses cheveux noirs, coupés en frange droite, effleurent des yeux bleus à l’expression inquiète.

« C’est interdit, chuchote-t-il, pas certain d’avoir fait le bon choix en suivant son ami dans ses sorties nocturnes.

– Bien entendu que c’est interdit ! réplique l’autre, indigné. Ce ne serait pas amusant, sinon. Tais-toi maintenant, nous arrivons. »

Il grimpe sur le bord d’une balustrade qui longe la coursive à ciel ouvert. Puis il s’agrippe au poteau de soutènement de celle-ci, et murmure :

« Suis-moi. »

Le jeune homme le voit disparaître vers le bas, glissant rapidement le long de la colonne. Il hésite un instant. C’est la première fois qu’il fait preuve de désobéissance envers ses professeurs, et cela le perturbe. Mais Theets lui a vanté les plaisirs de la débauche avec les Shobogans, et il est vraiment tenté. Ce qui le décide, c’est de se retrouver seul dans cette partie inquiétante du grand bâtiment. Il enjambe à son tour la barrière et s’accroche au poteau, se laissant prudemment descendre.

***

« C’est qui celui-là ? »

Le Shobogan regarde le garçon brun avec méfiance.

« C’est un ami, affirme Thêta Sigma.

– Hum, sa bobine ne me revient pas. Il va pas nous faire des ennuis ?

– Non, ne vous inquiétez pas. Koschei sait garder un secret.

– Tu as trop une tête de premier de la classe pour me plaire, mon gars, mais si Theets se porte garant pour toi, c’est lui qui aura les emmerdes en cas de coup fourré. Venez ! »

Les ruelles tortueuses de la Ville Basse ne sont pas éclairées, et seule la lueur orange sale du ciel nocturne rend les ombres plus sombres. Le groupe se déplace rapidement, s’enfonçant sous le socle du dôme. Dans une des masures, une petite porte s’ouvre, leur livrant passage dans un corridor qui sent la fumée et l’alcool de mauvaise qualité.

Ils débouchent dans une pièce au plafond noir de suie. Elle est bondée, et Koschei a la surprise d’y voir les visages connus de certains de leurs camarades des classes supérieures. Leurs regards les scrutent et semblent les défier de rapporter leur présence ici.

« Drax ? » chuchote-t-il, apercevant un jeune homme maigre qui discute passionnément avec un grand Shobogan barbu.

Ce troisième membre de la Deca semble avoir ses habitudes dans ce lieu, car il claque des doigts, et une femme lui apporte nonchalamment deux bocks qu’elle pose sur la table.

Les deux garçons s’assoient à une tablée nombreuse. Il y a autant de filles que de gars, et elles ne se montrent pas moins acharnées qu’eux à lever le coude. À un des bouts, il y en a d’ailleurs deux qui font un concours. Les cris des autres les encouragent.

« Allez Sula, tu es la meilleure !

– Elle flanche, Labli, tu vas la noyer ! Encore un godet et elle roule sous la table ! »

***

Koschei regarde le fond de son verre avec étonnement. Lorsque l’énorme bock de bière avait été placé devant lui, il pensait ne jamais arriver à le finir. Mais il s’est vite pris au jeu des discussions avec ses compagnons et compagnes de soirée, et gorgée après gorgée, il avait ingurgité la boisson mousseuse et légèrement amère.

« Les professeurs de l’Académie sont tous des imbéciles qui ne savent rien et nous en apprennent encore moins ! » assène Theets, après un hoquet aux relents de houblon.

Un murmure d’approbation général accompagne ces paroles.

Son camarade se lève et réplique – plus par esprit de contradiction que par véritable conviction :

« C’est faux ! Certains sont… sont… »

Il essaye de trouver un qualificatif qui exprime son avis, mais les mots fuient sa pensée, comme le sol semble se dérober sous ses pieds.

« Sont gentils… finit-il par dire lamentablement, incapable de trouver mieux.

– Gentils ? »

Le rugissement de Thêta retentit dans toute la salle, pourtant particulièrement bruyante. Toutes les têtes se tournent vers eux, friandes d’incident – la soirée avait été un peu trop tranquille jusqu’à présent.

« Ouais ! » affirme Koschei en se plantant devant son ami.

Il tangue d’avant en arrière. Sa tête est légère tout à coup. Il a l’impression qu’elle va toucher les poutres tordues par l’âge.

« Je te laisserais pas dire ça ! » rétorque le jeune homme blond.

Il lance un coup de poing qui rate sa cible, laquelle esquive en bousculant une jeune fille fluette qui se trouve derrière lui.

« Hé ! » s’exclame la victime de l’accrochage.

Elle le repousse violemment et il tombe sur Thêta, qui choit sur un gros homme aux sourcils touffus.

Le reste se perd dans un tourbillon où Koschei essaye de taper sur tout ce qui se présente devant lui. Il lui semble même à un moment avoir dû se défendre contre six Shobogans qui faisaient le double de sa taille, et ne pas s’en être si mal sorti.

***

« Qu’allons-nous appliquer comme sanction ? »

Le conseil de discipline dans son entier hoche la tête, embarrassé. Les gardes de la Chancellerie, qui n’interviennent habituellement jamais dans la Ville Basse, avaient dû y traîner leurs bottes rouges et or pour récupérer les deux délinquants. Drax et les élèves plus âgés avait miraculeusement disparus.

« Ce qui est ennuyeux, avait murmuré Borusa, c’est que nous savons lequel des deux a entraîné l’autre. Koschei est notre élève le plus doué et le plus obéissant… habituellement. C’est son condisciple, dont nous connaissons le mauvais esprit, qui l’a débauché. Cependant… c’est le plus sage qui a fait le plus de dégâts. J’ai peu de sympathie pour cette lie que sont les Shobogans, mais le nombre de mâchoires cassées et d’épaules démises était plutôt impressionnant. »

K9-separateur-small4

Voila, c’est fini  🙂 J’espère que toutes les œuvres vous ont plu. On remet le couvert pour la semaine prochaine:

Le règlement reste le même. Vous avez jusqu’au Mercredi 9 avril a 0h01 🙂 (pour la France. Au Quebec, je pense que ce sera 18h01 du Mardi. Sorry!) A envoyer à : romanatrelundarIV@gmail.com (plus sécurisant que les messages facebook, car les mails je peux les épingler… pas les messages facebook)

Le sujet de cette semaine:

Mémoire

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Artisons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s