Artisons #6: « Attraction »

Avant de lancer le prochain défi, voici les participations du précédent appel sur le thème « Mémoire ». Merci à tous!

K9-separateur-small4

Agathe L. (Fanart)

 who am i

K9-separateur-small4

Alda Rana (Fanart)

 8

K9-separateur-small4

Amane (500 mots)

Kate ouvrit doucement la porte du bureau, non sans avoir vérifié au préalable que personne n’était là pour être témoin de son méfait. La pièce, réservée à l’usage de son père et donc interdite au reste de la famille, était plongée dans la pénombre.

Elle avait d’ordinaire peur du noir, mais cet endroit là était l’exception, comme un sanctuaire capable de la protéger de tous les maux. Elle ferma la porte derrière elle, puis alluma sa lampe de poche : du haut de ses huit ans, elle se sentait telle une espionne en pleine mission secrète, et cette sensation la grisait au plus haut point.

Doucement, elle s’approcha de la bibliothèque, et en retira un énorme classeur, annoté «1968». Elle n’était pas censée pouvoir le toucher bien sûr, et encore moins le lire, mais le jeu en valait tellement la chandelle… Qui aurait pu ignorer un tel trésor ? Ce classeur – qui n’était que le premier de la longue collection de comptes-rendus de son père- renfermait les meilleures histoires du monde. Des histoires qui mettaient en scène son père mais aussi un héros mystérieux et courageux, un Docteur capable de changer de visage !

Elle passa une quinzaine de minutes à parcourir le précieux recueil, comme elle le faisait chaque soir, et à s’extasier des rares photos qui figurait le Docteur et son père, accompagné parfois de Jo ou de Sarah (elle aimait Jo et Sarah, elles venaient souvent manger à la maison, et elles racontaient elles aussi de belles histoires). Puis elle rangea à nouveau le classeur, impatiente de pouvoir le rouvrir le lendemain. Elle sortit du bureau aussi discrètement qu’elle le put, en faisant glisser ses petits pieds maladroits sur le parquet ciré.

Toute à sa joie, elle n’avait pas conscience d’être surveillée par quelqu’un d’autre, installé nonchalamment contre l’encadrure de la porte du salon, verre de scotch à la main et sourire amusé sur les lèvres. Alistair Gordon Lethbridge-Stewart savait qu’il aurait dû réprimander sa trop curieuse de petite fille, mais il ne pouvait se résoudre à lui arracher les quelques bribes du Docteur qu’elle parvenait à saisir en lisant ses papiers.

Il savait bien qu’il aurait à quitter UNIT un jour, et que tous ses dossiers seraient détruits le jour même de son départ, exceptés les plus vitaux. Il n’y aurait bientôt plus personne pour se remémorer l’étrange conseiller scientifique qui écumait les couloirs, jouant de la flûte, drapé dans sa cape noire, ou trébuchant sur son écharpe immense selon les jours. Ses histoires resteraient au moins dans la mémoire de Kate, là où il savait qu’elles seraient à l’abri.

Et peut-être qu’un jour, un fou et sa boîte bleue seraient là pour sa fille, pour lui faire découvrir tous les dangers et toute la beauté de leur Univers. Après tout, les esprits libres et curieux semblaient attirer le Docteur comme un aimant, et sur ce point là pas de doute, sa fille était de loin la meilleure de la famille !

A défaut d’avoir la discipline militaire dans le sang…

K9-separateur-small4

Grixhou (Fanart)

photo1

« Mémoire à un docteur oublié… »

K9-separateur-small4

KathWho (fanart)

le poids de mes souvenirs

K9-separateur-small4

Marie Devigne (100 mots)

« Je vous prie de laisser cela à sa place, Cher… Chew… Chesterton ! »

Un lourd silence s’installa sur le plateau. Peter se releva en douceur du faux sol d’où il s’était penché, dans l’angle de la caméra. Il ne savait plus que dire…

« Coupez ! » cria quelqu’un dans les coulisses. Cela faisait déjà un petit temps que ce n’était plus Verity. Peter chuchota très rapidement : « Mister Hartnell, rappelez-vous, mon personnage s’appelle Steven… même si c’est mon dernier épisode, il ne faut pas l’oublier.
-Ah, désolé Mister Purves, mais où avais-je la tête ? »

K9-separateur-small4

Stéphanie Louastron (300 mots)

Dépression nerveuse due à une surcharge de travail, le diagnostic du Dr Runciman avait été sans appel et il en avait été furieux,  et pourquoi pas le placer en asile tant qu’il y était !

Avait-il jamais flanché devant l’ennemi ?

S’était-il laissé impressionner ne serait ce qu’une fois face aux remontrances de ses supérieurs à Genève toujours avides de résultat, évidemment  que non !
Bien sur ces dernières années n’avaient en effet pas été sans heurts.

Le départ de Benton du service actif  puis la nouvelle affectation à l’OTAN  de Harry Sullivan avaient été également des coups durs à encaisser c’est certain, mais il se plaisait à croire qu’il était de cette sorte d’hommes qui continuent toujours à avancer tant qu’ils ne sont pas tombé à terre.

Non, une seule chose le troublait depuis qu’il avait pris ses nouvelles fonctions de professeur de mathématiques dans cette école pour garçon.

Chaque nuit des images et des noms revenaient dans sa tête comme une litanie sans qu’il ne puisse jamais en garder un souvenir précis au matin.

Après une nouvelle nuit particulièrement pénible il se dit qu’une action symbolique s’imposait.
Il plaça un vieux trente trois tours sur son tourne disque , posa la bouilloire sur le feu et se dirigeât d’un pas décidé dans la salle de bain .
Une fois finit ,il jeta un dernier regard à son reflet dans le miroir et examina d’un air satisfait son visage maintenant totalement imberbe.
Alors que le sifflement de la bouilloire retentissait en cuisine, on frappa à sa porte .
– “Docteur Runciman que puis je pour vous ?”

– “Vite Brigadier suivez moi il semble qu’un de nos élèves ait eu un accident après avoir emprunté votre voiture.”

K9-separateur-small4

Umanimo (100 mots)

[Réflexions imaginaires du Maître après l’audiosode Master. Des allusion à cet audio, au film de 1996, Doctor Who ainsi qu’au livre The Eight Doctors.

« Me faire perdre la mémoire, à moi, dont c’est une des plus grandes forces ! Quelle cruauté, Docteur ! Tu me payeras cette infamie. Tu as eu beau vouloir me faire croire que c’était pour mon bien, pour me donner dix ans de vie, débarrassé de mon exécrable ego meurtrier, je n’en crois rien. Un jour, je me vengerai et je te ferai goûter de ta propre médecine, Docteur, celui qui se croit charitable. »]

K9-separateur-small4

Voila, c’est fini  🙂 J’espère que toutes les œuvres vous ont plu. On remet le couvert pour la semaine prochaine:

Le règlement reste le même. Vous avez jusqu’au Mercredi 16 avril a 0h01 🙂 (pour la France. Au Quebec, je pense que ce sera 18h01 du Mardi. Sorry!) A envoyer à : romanatrelundarIV@gmail.com (plus sécurisant que les messages facebook, car les mails je peux les épingler… pas les messages facebook)

Le sujet de cette semaine:

Attraction

Publicités

1 commentaire

Classé dans Artisons

Une réponse à “Artisons #6: « Attraction »

  1. Martin

    Désolé, mais tu as mis un H à Grixou, peux tu le retirer s’il te plait ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s