Artisons #8: « Ruine »

Avant de lancer le prochain défi, voici les participations du précédent appel sur le thème « Spécial Premier Docteur ». Cela vous a bien inspiré!

K9-separateur-small4

Eridann (100 mots) !

Le Jour d’avant

« Il est temps pour moi de me reposer, nous allons rester ici dans ce vieux Londres en reconstruction, là même où sont tombés tant de bombes pendant le Blitz, là aussi où se déclencha le grand incendie. Je n’aurais hélas pas la chance en décidant de rester ici d’aller rencontrer Churchill, mais peut-être la nouvelle reine acceptera-t-elle de me recevoir. Enfin, seul l’idée d’aller voir Robespierre pourrait me faire changer d’avis et reprendre le tardis pour voyager dans le temps et l’espace » grommela le vieil homme qui pris sa canne et sorti d’un air décidé.

Une jeune adolescente, saisissant son sac, sortis. Elle avait sans doute hâte de voir comment madame Wright avait apprécié son essai sur la Révolution Française qu’elle avait tant entendu raconter.

K9-separateur-small4

Florent F. (700 mots + 2 fanarts) !

First Susan Dupondt

– «Où sommes-nous, grand-père ?»

Engoncée dans une combinaison spatiale orange à casque jaune, Susan avance à pas prudents, suivant son aïeul qui, comme toujours, n’avait pu s’empêcher de quitter la protection du TARDIS pour s’aventurer sur l’astre désert et inconnu sur lequel ils s’étaient matérialisés.

– «Il semblerait que nous nous trouvions dans le système solaire, mon enfant, bien loin de Gallifrey.»

– «Et cette planète, quelle est-elle? Ce paysage c’est… un paysage de cauchemar, un paysage de mort, effrayant de désolation…»

– «Mmm… Ce n’est pas une planète à proprement parler, Susan. Nous sommes sur le satellite de cette planète, que nous apercevons dans le ciel. Ses autochtones l’appellent la Terre et cet astre, que nous foulons, la Lune. Si les données du TARDIS sont exactes – et elles le sont généralement – la Lune n’abrite aucune forme de vie. Quant aux Terriens, ils n’ont pas encore développé le voyage sidéral, mais cela ne saurait tarder car la recherche spatiale bat son plein sur Terre. Nous sommes en l’an terrestre 1954. Dans six ans, l’Homme ira dans l’espace et neuf ans plus tard, il posera le pied sur la Lune. Mais pour l’heure, tu n’as pas à t’inquiéter Susan, nous sommes parfaitement s…»

Mais Susan coupe brusquement le discours magistral de son grand-père et le pousse à l’abri d’un monticule rocheux. Avant que le vieil homme n’ai le temps de protester, la jeune fille lui désigne un point sur la surface désolée, constellé d’impacts de météores. Deux silhouettes, encore lointaines, s’approchent en bondissant.

– «C’est absolument impossible!» s’insurge le Docteur, comme pour nier l’évidence «La Lune et déserte et le restera encore pendant des années!»

Les deux créatures sont maintenant suffisamment proches pour être parfaitement distinguées. Deux êtres à l’apparence humaine, semblables tels des jumeaux, aux épaisses moustaches noires. Eux aussi portent des combinaisons spatiales, également orange – signe manifeste de bon goût, selon le Docteur.

– «Vois l’antenne qui dépasse de leur paquetage: ils utilisent probablement un système de communication radio élémentaire. Ce sera un jeu d’enfant de s’y brancher dessus. Ainsi, nous ne perdrons pas un mot de leur conversation.»

Sitôt dit, sitôt fait. Mais le Docteur et Susan n’entendent que des rires joyeux, les deux hommes semblant prendre un plaisir enfantin à bondir sur le sol lunaire, jusqu’à ce que l’un d’eux se reprennent brusquement:

– «Allons, sois sérieux ! Si les gens nous voyaient !»

A ces mots, Susan blêmit. Et s’ils avaient été repérés?

– «Les gens ! … Ah ha! … LES GENS ! Mais il n’y a personne sur la Lune, mon pauvre ami !»

– «Et comment sait-on qu’il n’y a personne, puisque personne n’y est jamais venu? D’ailleurs, regarde !!»

L’homme indique à son compère deux traces de pas parallèles sur le sol lunaire.

– «Nos empreintes !» s’écrie Susan. «Ils vont nous trouver!»

– «Du calme, mon enfant. Ils n’ont pas l’air hostiles mais s’il s’agit des premiers explorateurs venus de la Terre, mieux vaut qu’ils ne nous trouvent pas. La découverte de voyageurs spatio-temporels venus d’une autre galaxie risquerai d’interférer considérablement dans l’Histoire terrienne et irai à l’encontre de tous nos principes.»

Susan ne peut réprimer un léger rictus, pensant à toutes les fois où son grand-père et elle on bouleversé l’Histoire d’autres planètes en repoussant des aliens envahisseurs ou chassant des tyrans galactiques. Il n’empêche que la situation est préoccupante. Déjà les deux spationautes alertent leurs camarades, restés à bord de leur vaisseau.

– «Nous avons fait une découverte sensationnelle… Sen-sa-tion-nelle, vous entendez ! Tenez-vous bien: il y a des hommes sur la Lune !»

Par bonheur, l’incrédulité générale de leurs équipiers met fin aux explorations des deux moustachus.

– «Je parie que vous êtes revenus sur vos pas et que ce sont donc vos propres traces…»

Susan et le Docteur reprennent prudemment le chemin du TARDIS tandis que les deux hommes s’éloignent en bougonnant vers une fusée à carreaux rouges et blancs.

– «Patience, Dupond. On verra bien à qui l’avenir donnera raison…»

– «Je dirais même plus: sapience, Dupont…»

[ Bien entendu, ce drabble fait directement référence à l’album des aventures de Tintin On a marché sur la Lune de Hergé. Les dialogues ont été repris presque à l’identique, et Susan emploi les mêmes mots que Tintin lorsqu’elle décrit le paysage lunaire. ]

et:

One lavis

K9-separateur-small4

Laureline D. (photomontage)

10328179_640857752650530_1998556273_o

K9-separateur-small4

Marie D. (100 mots) !

On your way then you cowboys… Il entendait une chanson qui flottait dans les couloirs du TARDIS, presque irréelle. Il ne comprenait pas bien les paroles.

The time will be soon… Le Docteur sortit de la salle des commandes pour se diriger vers le couloir des chambres, d’où venait la mélodie.

When there’s blood on the sawdust… Derrière la porte de la chambre de Dodo, sa petite voix claire s’élevait… mélancolique et lointaine, malgré le ton joyeux de la chanson.

In “The Last Chance” Saloon… Souvenir d’une aventure, du temps ou ils étaient trois. Il préféra se détourner. Oublierait-elle Steven?

http://www.youtube.com/watch?v=AKSocNFdsbc évidemment

K9-separateur-small4

Mina M. (Fanart) !

manzini_one

Pour expliquer rapidement la présence du crabe sur ce dessin : c’est en fait une partie d’un plus gros projet d’illustration qui est de créer un zodiaque avec tous les Docteurs, et chaque Docteur se voit attribuer un signe du zodiaque en fonction de son caractère. Je trouvais que Cancer allait bien avec le Premier Docteur. Je parlerai de ce projet un peu plus tard sur le groupe Facebook (avec des croquis, quand j’en aurai plus a montrer).
Niveau détails techniques : c’est colorié avec des crayons aquarellables.
K9-separateur-small4

Stéphanie L. (100 mots)

Air Drabble en hommage à Maximus Pettulian de Corinthe

.

.

.

.

.

FIN

Note de l’auteur : Vous sachant tous fins connaisseurs en matière de belles lettres  je sais que vous apprécierez ce texte à sa juste valeur 😉
(Note de Marie : ben moi j’ai bien ris 😀 )

K9-separateur-small4

Umanimo (200 mots)

Recette du cacao aztèque

Ingrédients :

Un Seigneur du Temps, de préférence un peu fou, ayant fuit sa planète en volant un TARDIS, se faisant appeler le Docteur.

Une femme aztèque charmante et pleine de sagesse, de préférence s’appelant Cameca.

Un joli jardin, avec un banc public pour les amoureux.

Des fèves de cacao qui tombent d’un pot sur le banc dans le joli jardin.

Deux bols décorés.

Recette :

Faites se rencontrer le Docteur et Cameca dans le joli jardin.

Mettez le pot contenant les fèves de cacao dans les mains de Cameca.

Faites en sorte qu’elle les renverse sur le banc.

Le Docteur devrait alors parler de ces graines, et dire à Cameca qu’il va lui-même préparer la boisson au cacao pour tous les deux.

Peu de temps après, le Docteur devrait revenir avec les deux bols remplis de la boisson cacaotée.

Se sentant légèrement attiré par cette charmante femme, il devrait lui faire quelques compliments.

Cameca devrait alors, si la recette est délicatement menée, lui dire qu’elle accepte sa proposition.

Résultat final :

Un Docteur abasourdi, se rendant compte qu’il vient de se fiancer à une femme aztèque.

Laissez doucement reposer cette jolie scène dans vos cœurs.

K9-separateur-small4

Le règlement reste le même. Vous avez jusqu’au Mardi 6 mai a 20h00 🙂 (pour la France. Au Quebec, prenez en compte le décalage horaire. Sorry!) A envoyer à : romanatrelundarIV@gmail.com (plus sécurisant que les messages facebook, car les mails je peux les épingler… pas les messages facebook)

Le sujet de cette semaine:

Ruine

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Artisons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s