Artisons #17: « Révolution »

Avant de lancer le prochain défi, voici les participations du précédent appel sur le thème « Sport ».

K9-separateur-small4

Béa Leuleu (fanart)

four sport

(Note de Marie: eh oui, les jeux antiques se pratiquait nu… Ce n’est pas pour rien que « gymnastique » viens de « γυμνός » -gumnos ou gymnos- qui signifie « nu »)

K9-separateur-small4

Eridann (drabble)

« Sport : conseillé par le Docteur » 
(Plan large, deux personnes qui se désaltèrent à l’ombre d’un parasol tout en discutant)
le Docteur : Que buvez vous Péril, est-ce encore là une de vos boissons terriennes pour femmes qui n’a pas de gout?
Peri: Non docteur, il s’agit d’un liquide bien meilleur que le thé. j’en raffole par cette chaleur, vous devriez essayer car vous devenez aussi rouge que certaines de vos tenues.
(plan serré sur la tête du docteur) :
Le Docteur : par mes mille couleur, si vous avez raison, je veux gouter cela
(plan sur péri servant un verre de sirop de menthe au docteur. Elle pose le verre remplit devant le docteur qui se lève pour le prendre. Il porte une tenue fortement colorée)
Le Docteur: Je vais gouter ça (il goute). Hum, c’est sucré (il finit le verre d’un train), c’est excellent… avec cette boisson je peux faire la chasse aux  Daseks et aux Cybergeek dans la même journée.
(les deux personnages se lèves et montent dans une boite bleue. le docteur en ressort soudain en courant et prend la bouteille avant de retourner vers sa cabine téléphonique…)
 (plan : un arrêt sur image  où l’on voit la marque de la bouteille « Sirop Sport » en gros plan) 
Spot de fin (et musique à la docteur qui) : « Les sirots Sports, ils rafraîchissent même les coeurs sur Gallifrey » (publicité non officielle, faite sans le consentement de la BBC) 

K9-separateur-small4

Florent F. (texte)

[Ce texte fait immédiatement suite à l’arc « Carnival of Monsters »]

Quelque chose turlupine Jo Grant. Sitôt retrouvée la sécurité du TARDIS, et malgré l’émoi causé par sa rencontre avec les Drashigs, elle questionne le Docteur.

– « Dites-moi Docteur, je me demandais… Lorsque vous et le lieutenant Andrews avaient falli en venir aux mains, vous avez dit avoir appris la boxe par John L. Sullivan.

– « Lui-même. Un garçon fort charmant.

– « Mais vous venez pourtant d’effectuer votre premier voyage en TARDIS. Comment se peut-il… ? »

Le regard du Docteur devient soudain mélancolique.

– « Ah! C’était pour ainsi dire dans une autre vie… En ce temps là, je n’étais pas un dandy mais un clown, pour reprendre l’expression de mon premier moi. »

Jo s’assied confortablement tandis que le Docteur, usant de toute sa théâtralité (il affirme d’ailleurs avoir appris l’art de la scène auprès de Tennessee Williams), se lance dans un récit enflammé.

Le nœud pap’ en bataille, le Docteur se faufile à travers les ruelles du Chicago, suivi de près par Jamie McCrimmon et Zoe Heriot. Jettant de fréquents coups d’œil derrière eux, ils s’accordent un instant pour souffler. Il semblerait bien qu’ils soient finalement parvenus à semer les Ogrons.

– « Ils ne sont guère malins, mais opiniâtres. Nous ne nous en débarrasserons pas si facilement. – prévient le Seigneur du Temps – Tout d’abord, quittons ces ruelles désertes pour nous mêler à la foule. Nous serons moins repérables. »

A peine prononce-t-il ces mots que les trois compagnons perçoivent des éclats de voix. Sans réfléchir, Jamie se précipite dans leur direction, suivi par Zoe et un Docteur bougonnant. Ils déboulent dans un vaste entrepot au centre duquel un ring a été dressé. Fièrement campé sur ses jambes, un colosse aux cheveux gominés et à forte moustache, ses poings gantés sur les hanches, toise le public qui se masse avec un air de défi. A ses côtés, un arbitre dégingandé harangue la foule, promettant la somme rondelette de 250 dollars à celui qui parviendra à vaincre John Lawrence Sullivan – puisque tel est le nom du boxeur – fraichement débarqué de Boston. Il brandit une liasse de billets verts pour appuyer ses dires. Malgré l’importance de la cagnotte, personne n’ose défier le champion. Il faut dire que John L. Sullivan jouit déjà d’une sacrée réputation, surtout depuis qu’il a triomphé de Paddy Ryan, considéré comme le champion du pays, un an plus tôt.

– « Je ne comprend pas – s’étonne Zoe – Pourquoi organiser un combat dans un lieu si reculé ?

– « Nous sommes en 1883, Zoe. En ce temps-là, la boxe est un sport jugé trop violent par les Etats-Unis. Sa pratique est totalement illégale. »

Décidément, le Docteur a toujours réponse à tout songe intérieurement la jeune astrophysicienne. Sur le ring, Sullivan, en manque d’exercice, commence à perdre patience et apostrophe les spectateurs:

– « Allons, allons ? Où est passée l’audace américaine ? N’y a-t-il aucun Yankee prêt à défier un Irlandais ? »

Une voix se fait soudain entendre:

– « Il ne sera pas dit qu’un Highlander ne releva pas le défi d’un Irlandais ! »

Catastrophés, le Docteur et Zoe voient Jamie bondir sur le ring, sous les ricanements des spectateurs. Il faut dire qu’il fait figure de gringalet face à l’imposante carrure du boxeur. Après que Jamie ait enfilé une paire de gants de cuirs tendue par l’arbitre, le combat s’engage. Les deux adversaires se tournent autour, se jaugeant du regard. D’un bond, Jamie se jette sur John Sullivan qui esquive sans mal le direct du jeune Ecossais, répliquant dans la foulée par un violent uppercut qui met Jamie KO illico. Affolé, le Docteur bondit sur le ring secourir son ami.

– « Ah! – s’exclame, ravi, Sullivan – Voici un second concurrent ! J’espère que tu seras plus coriace que ce freluquet, Papy ! »

– « Vous faites erreur, je… » bafouille le Docteur.

Mais John L. Sullivan ne l’écoute pas et fond sur lui. Dans le public, résignée, Zoé secoue la tête tandis que le Docteur court autour du ring, poursuivi par un Sullivan hilare. Soudain, une demi-douzaine d’Ogrons surgissent, brandissant leurs armes extra-terrestres. Tout le monde se fige. D’un pas mal assuré, l’arbitre s’avance.

– « Si vous venez pour le combat, Messieurs, sachez que l’on boxe selon les règles du marquis de Quinsberry. Les armes sont bien entendu formellement interdites ! »

En grognant une phrase incompréhensible sans aucun doute discourtoise, l’Ogron le plus proche fait feu, désintégrant instantanément l’infortuné. Aussitôt, l’entrepot devient le théâtre d’une panique indicible, chacun courant éperdument pour tenter d’échapper au massacre qui s’annonce. D’un geste vif, le Docteur braque son tournevis sonique vers les monstres, qui émet un faible sifflement à peu près imperceptible dans le tumulte ambiant. Dans l’instant, les armes des Ogrons se disloquent dans leurs mains velues. Retirant ses gants avec un rictus goguenard, John Sullivan saute par-dessus les cordes du ring et se dirige d’un pas menaçant vers les extra-terrestres.

– « N’y pensez même pas! – lui hurle le Docteur – Ce sont des Ogrons! Il battraient un gorille au bras de fer ! »

Mais Sullivan est déjà sur le premier Ogron. L’humanoïde lui décoche un violent coup de poing. Sullivan vacille, tâte sa mâchoire, sourit sinistrement et flanque un terrible direct du droit à l’Ogron qu’il expédie sur l’un de ses congénères. Un terrible pugilat s’engage dans l’entrepôt quasi-désert (ne demeurent plus que Sullivan, le Docteur, Zoé, les Ogrons et Jamie, toujours inconscient) et bientôt, « the Boston strong boy », haletant, trempé de sueur, est debout au milieu des Ogrons inconscients. Essuyant les gouttelettes qui ruissellent sur son front il lâche:

– « Pfff! Ca faisait longtemps que je n’avais pas connu un si beau combat ! »

Mais dans un hurlement, un Ogron surgit derrière lui, faisant tournoyer un lourd crochet de fer au bout d’une chaîne ! Il s’effondre soudain: le Docteur, comme toujours au bon endroit au bon moment, l’a sonné d’un magistral coup de marteau. Serrant (ou plutôt broyant) chaleureusement la main du Seigneur du Temps, Sullivan affirme:

– « Bravo, Docteur ! Vous, on peut dire que vous en avez dans le pantalon ! »

– « Mmm… Je vous retourne le compliment. – répond poliment le Docteur – Si j’avais votre crochet du droit, certains de mes problèmes pourraient être promptement réglés… »

– « C’est d’accord ! – s’exclame Sullivan en lui mettant une affectueuse tape dans le dos qui manque de renverser le Docteur – Je vais vous donner des leçons de boxe ! J’espère que vous aimez voyager car je suis en pleine tournée. Je pars ce soir même en train pour Milwaukee.

– « Peut-on caser une cabine bleue dans un wagon ? »

Pour en savoir plus sur John L. Sullivan : http://fr.wikipedia.org/wiki/John_L._Sullivan

K9-separateur-small4

KathWho (drabble)

Le plein air

-«Ahh respirez-moi cet air pur de la forêt boréal!  N’est-ce pas un endroit merveilleux pour faire de la randonnée pédestre, faire du kayak et profité du soleil!

– «Pour l’instant ce sont plutôt les moustiques qui profitent de nous, non? »dit l’historienne en tuant une des sales bêtes. « Pourquoi nous ne nous rendons pas en haut de la colline AVEC le Tardis? Je ne suis pas sûr d’avoir suffisamment la forme pour un tel effort physique. »

-«Absurde Evelyn! Cela vous fera le plus grand bien, même à votre âge!»

-«Seriez-vous en train d’insinuer que je serais une vieille peau? C’est vous dites avoir plus de 900 ans!» fit-elle, indignée.

– «Ehrrmm hm oui, eh bien, à tous les âges il est bon de savoir se tenir en forme.»

-«Vous vous rattrapez toujours de justesse hm? Bon je vais aller me préparer. On se rejoint en haut?»

-«Oui oui, faite vite! Je ne peux pas attendre de gravir cette montagne qui m’appelle!

 …Et dans le fond des bois semble encor m’appeler.

Oh ! que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière

Ici, loin des humains !… Au bruit de ces ruisseaux,

Sur un tapis de fleurs, sur l’herbe printanière,

Qu’ignoré je sommeille à l’ombre des ormeaux ! … »

(François-René de CHATEAUBRIAND, La forêt)

****

En haut de la colline, le Docteur est appuyé sur un arbre, le visage rougi, son manteau sous le bras et le souffle court. Evelyn arrive via le sentier, et s’approche de lui.

-Docteur, ça va?

-Juste…un peu….

-…Épuisé?

– …Pas vous?

-J’ai pris la piste familiale, des bottes, et surtout, une bouteille d’eau. Ce que, visiblement, vous n’avez pas prévu, trop préoccuper à vouloir me prouver que vous étiez plus en forme que moi!

-Quoi?!

K9-separateur-small4

Laureline D. (Texte + reprise de photomontage)

Voici le programme sportif pour les jeux arcadiens de Gallifrey:

Tous ont décidé de s’inscrire au cyclisme. (Il y a un prix spécial pour cette course)

Premier Doctor :

S’étant entraîné particulièrement au cyclisme, il ne fait que cette épreuve.

Second Doctor :

Inscrit en course à pieds :

A vos marques prêt ? «When I say run, run. RUN. »

Troisième Doctor :

Inscrit en Aikido et en course

Quatrième Doctor :

Inscrit en Course de haie  euh non course d’obstacle en écharpe.

Epreuve à ne pas rater,  des scènes de cette course peuvent finir au zapping. Avec obstacles tels que les Daleks ou les Cybermen ou les Macras.

Cinquième Doctor :

Inscrit au Criquet :

En exclusivité, voici sa séance d’habillage. Il est aidé par Peri :

– Doctor, le match va commencer !

– Peri, je ne suis pas prêt, je ne peux pas jouer ainsi habillé. Je cours au dressing me changer.

Cinq minutes après :

– Doctor, plus que quinze minutes !

– Je cherche les habits de criquet. Je n’arrive pas à mettre la main dessus.

Cinq minutes après

– Plus que cinq minutes !

*bruits de vêtements retournés*

– Je ne trouve pas ces maudits habits ! Ne me presse pas ainsi, ça ne m’aide pas.

– Je viens vous aider à les trouver.

– Non, j’ai déjà enlevé les vêtements

Cinq minutes après :

– Doctor, c’est trop tard, le match a commencé.

*Le Doctor sort du dressing, habillé tel qu’il y est rentré, se voit dans un miroir.*

– Mais oui, c’est idéal ce vêtement. Ah mais… oh non, je me suis encore régénéré ! A la réflexion, il n’était pas trop tôt pour cela.

– Doctor, je ne vous reconnais pas !…

– Si c’est trop tard pour le criquet, je retourne au dressing me rhabiller correctement, pas comme maintenant, je ne ressemble à rien.

Sixième Doctor :

Suite à l’entraînement intensif imposé par Mel, il refuse de participer à plus d’une épreuve. Il va participer à la course de vélo quand Mel sera endormie.

Septième Doctor :

Inscrit en base ball.

Malheureusement le Doctor, trop occupé à son entraînement de cuillères, s’est fait remplacer par Ace pour son épreuve.

Huitième Doctor :

Inscrit pour une course d’obstacles.

Course d’obstacles à travers une foule de fangirls de Paul McGann.

RESULTATS :
à l’heure actuelle, seuls les résultats et le déroulement de la course de cyclisme nous sont parvenus. Voici le reportage :

coursevélo

K9-separateur-small4

Marie (drabble)

Jamie se baissa, maudit une fois de plus la hauteur de son kilt – mais d’où venait donc cette idée que son kilt était trop court ? – et saisi l’extrémité du tronc. Il devait faire honneur à son clan et être au moins dans les trois premiers d’une épreuve des jeux des Highlands, mais face à tous ses colossaux écossais, ce n’était pas gagné.

Il lança le tronc à une distance raisonnable. En vrillant l’air, le tronc produit un son qui le fit chavirer. Qu’est-ce que…

Pourquoi avait-il l’impression qu’il avait des souvenirs d’impressions, mais sans les souvenirs ?

K9-separateur-small4

Le règlement reste le même. Vous avez jusqu’au Mardi 22 juillet a 20h00 🙂  (pour la France. Au Quebec, prenez en compte le décalage horaire. Sorry!) A envoyer à : romanatrelundarIV@gmail.com (plus sécurisant que les messages facebook, car les mails je peux les épingler… pas les messages facebook)

Le sujet de cette semaine:

« Révolution »

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Artisons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s