Artisons #32 « Fureur »

Bonjour à tous ! Merci pour vos créations sur le sujet « Clef ». J’en ai reçu tout un trousseau, et cette fois-ci, je n’en ai pas perdu une seule. Aussi, je ne comprends pas d’où me vient cette soudaine « Fureur » ! Grrrrr !

(Cliquez sur les images pour les afficher en plus grand)

K9-separateur-small4

Kathwho (Drabble 400 mots)

Clé et Seigneur du Temps

Romanadvoratrelundar avait été jumelée au Docteur pour la quête de la Clé du Temps.

Au début, elle avait été plutôt réticente à travailler avec ce personnage reconnu davantage pour son excentricité, ses manières peu orthodoxes et son je-m’en-foutisme général au niveau des règles. Pire, ses résultats académiques étaient en dents de scie, quelque chose comme des résultats proportionnels à ses intérêts, tout le contraire de ses triples A.

Après avoir passé quelques heures quantifiables avec celui-ci, elle avait remarqué assez vite, que rien, chez le Docteur ne semblait évoluer de manière logique et raisonné. Cette incarnation semblant même aller au-delà de sa réputation. En quelques mots, elle pouvait facilement étiqueter le Docteur d’irresponsable, immature voir même d’insensé. Même s’il était plus expérimenté, et plus âgé, elle n’était pas sûre si son travail à ses côtés pouvait s’apparenter à une forme de maternage, tutorat, ou collègue. Elle était définitivement plus ‘’qu’assistante’’.

Lorsqu’ils commencèrent à collecter un à un les différents segments, la jeune Dame du Temps revint sur ses premières impressions. Le Docteur s’avéra être plein de surprises, d’audace et d’ingéniosité. Sa façon de passer par les chemins les plus sinueux lui permettait d’aller au-delà des prévisions de leurs opposants. Son comportement erratique bluffait tout le monde, elle y inclut. Elle avait commencé à s’y habituer et au lieu de se creuser les méninges à essayer d’aller au-devant de celui-ci, elle comprit qu’il valait mieux le laisser faire et continuer de l’observer, apprendre.

À chaque aventure, ils collectaient une pièce de plus de la Clé, formant ce prisme aux facettes complexes, insondables et mystérieuses. Chaque aventure lui dévoilait aussi celles de son énigmatique et trompeusement translucide compagnon. Même si elle ne saisissait pas tout de ses subtilités, elle s’adaptait peu à peu, et apprit elle-même à gagner un peu de cette souplesse, cette étincelle qui se situait quelque part entre le génie et la folie.

Les dures années d’études et d’introspection à l’académie ne l’avait pas préparé à ceci. Maintenant avec ce nouveau visage, elle se permit, elle aussi, de s’ouvrir et découvrir l’Univers sous un autre aspect. Peut-être même qu’au final, cette quête, était plus que celle d’un objet, plus merveilleux encore qu’une allégorie de son amitié avec le Docteur, mais celle de la découverte de soi. N’en est-il ainsi pas de toutes les quêtes tout compte fait ? En cela les manuels scolaires pouvaient bien dormir éternellement dans la poussière.

K9-separateur-small4

Laureline (Bande dessinée)

CLEF DES CHAMPS

K9-separateur-small4

Laureline et Umanimo (Photomontage collaboratif)

Clefs-soniques

K9-separateur-small4

Pocky (Fanart)

keyfinal-pocky

K9-separateur-small4

Umanimo (Texte inspiré du dessin ci-dessus et Drabble)

(Texte)

La Marionnette

Le Docteur insère délicatement la clef dans le minuscule remontoir et la tourne une fois, deux fois, trois fois, puis une quatrième pour faire bonne mesure. Un bruissement de mécanique bien huilée se fait à peine entendre. Il enlève l’objet, le glisse dans sa poche, et s’éloigne d’un pas.

La marionnette ouvre les paupières, et tourne la tête vers lui. Son mouvement est à peine saccadé. L’expression des yeux bruns devient légèrement méprisante.

« Eh bien, Docteur, murmure-t-elle. Nous nous rencontrons à nouveau.

– Heureux de te revoir, mon vieil ami. Mon cher Maître. »

Le Maître lève un sourcil.

« Depuis quand m’appelles-tu ainsi ?

– Depuis… »

Le Docteur se tait, la gorge un peu nouée.

« Peu importe, finit-il. Tu es là, n’est-ce pas l’essentiel ? »

Le Maître regarde autour de lui.

« Je vois, marmonne-t-il. Ton TARDIS. Ta camelote déglinguée. Qu’est-ce que je fais ici, au fait ?

– C’est… c’est chez toi désormais.

– Tu plaisantes ! Il n’en est pas question ! »

Le Maître se dirige d’un pas sec vers la porte. Il s’arrête devant elle et, sans se retourner, commande d’un ton sans réplique :

« Ouvre-moi ça. »

Le Docteur appuie sur la manette et les battants s’écartent. Mais rien ne se passe. Le Maître ne sort pas. Au bout de quelques secondes, la marionnette fait entendre un petit déclic. Son torse bascule. Elle s’incline et s’immobilise.

« Il va falloir que j’augmente l’autonomie, marmonne le Docteur. De beaucoup. »

Il s’approche de la mécanique, et la redresse. Les yeux toujours ouverts du Maître ont perdus toute expression.

La main du Docteur caresse doucement le cou, à l’endroit du remontoir. Il ressort la clef de sa poche et hésite avant de l’insérer à nouveau.

La marionnette-Maître s’anime au moment le Docteur pose les lèvres sur les siennes.

« Doc… » commence le pantin.

Il se tait aussitôt. Ses yeux se ferment.

« Docteur… reprend-il dans un souffle.

– Chut, lui murmure celui-ci, en déboutonnant la stricte chemise à col droit. Nous n’avons pas beaucoup de temps. »

K9-separateur-small4

(Drabble 300 mots)

Les clefs du Paradis

Saint Pierre se lisse la barbe. Il pose son hanap d’hydromel sur le nuage-table, et étend ses jambes sur le nuage-sol, le dos appuyé au dossier du nuage-chaise. En face de lui, Saint Nicolas a appuyé sa crosse contre le nuage-mur, et enlève un instant sa mitre pour gratter son crâne.

« Vous êtes sûr qu’on devait le laisser entrer celui-là ? murmure-t-il, dubitatif. Enfin… celle-là, je veux dire.

– Eh bien… grommelle le portier du Paradis. À vrai dire… pour être honnête… si on y réfléchit bien… je n’en sais rien. Je ne suis pas bien sûr de ce qui s’est passé. Elle s’est présentée à la grille. Et… je ne me souviens de rien d’autre.

– Votre trousseau de clefs, lui fait remarquer Saint Nicolas.

– Pardon ?

– Vous ne l’avez plus. Il n’est plus accroché à votre ceinture.

– Oh… C’est elle qui l’a gardé. Je… je le lui ai donné.

– Mais pourquoi ? s’inquiète son collègue. C’est votre responsabilité.

– Ne vous en faites pas. Elle m’a affirmé que j’avais bien besoin de repos – le patron ne nous en donne jamais, après tout – et elle m’a assuré qu’elle veillerait parfaitement sur nos chères âmes.

– Et vous avez confiance ?

– Totalement. Elle m’a dit quelque chose de gentil.

– Ah ? Et quoi donc ? »

Saint Pierre rougit.

« Que ma barbe était douce comme la laine d’un agneau nouveau né. »

Saint Nicolas se penche vers son confrère et lui chuchote :

« Que croyez-vous qu’elle dirait de la mienne ?

– Allez le lui demander. »

Il désigne l’entrée d’un geste furtif. Une femme habillée tout en noir – ce qui contraste étrangement avec les tenues immaculées des élus – leur fait un petit signe de la main, un chapeau orné de fruit perché sur la tête. Ses yeux verts étincellent comme ceux d’un serpent.

K9-separateur-small4

Le règlement reste le même. Vous avez jusqu’au Mardi 16 décembre à 20h00 (pour la France. Au Québec, prenez en compte le décalage horaire. Sorry!) À envoyer à : umanimo@live.fr

Pour la semaine prochaine, le thème est :

« Fureur »

Déchaînez votre ire, et mettez-vous au travail, nom de Zeus ! 😡

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Artisons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s