Artisons Hommage, résultats

Résultat de l’Artisons « Hommage », le thème pour lequel vous avez voté. Beaucoup de très belles participations. Rendez-vous compte : douze participants, seize oeuvres produites. Toutes plus émouvantes les unes que les autres. Voici donc, par ordre alphabétique, les dessins, montages, et textes de :

(Cliquez sur les images pour les afficher en plus grand)

Béa Leleu (fanarts)

David Bowie

bowie-red

Christopher Lee

threedraculaflatten-red

K9-separateur-small4

Flavichou Bacca (photomontage)

Lemmy Kilmister

Flavichou-Ace

K9-separateur-small4

Florent Fayolle (fanarts)

Coyote

Artisons-Coyote-red

Charlie Hebdo

Artisons-Charlie-red

Lise Hamaide (fanarts)

David Bowie

david-et-le-docteur-red

Leonard Nimoy

nimoy-dalek-red

K9-separateur-small4

Louise Chazot (fanart)

David Bowie

Horror-of-Glam-Rock-et-Zigg

K9-separateur-small4

Marie Devigne (fanart)

Michel Delpech

Par dessus l’étang
Soudain j’ai vu
Passer les oies sauvages…

delpech-marie

K9-separateur-small4

Mina Manzini (texte)

David Bowie

***

Ground Control to Major Tom

Your circuit’s dead, there’s something wrong

Can you hear me, Major Tom?

Space Oddity

Spaceboy

You’re sleepy now

Your silhouette is so stationary…

Hallo Spaceboy

 

« Major Tom… » Le Docteur lui secoua légèrement les épaules. « Tu nous entends ? »

Le jeune homme cligna des yeux, dévisagea le Docteur penché au-dessus de lui. Il vit aussi les deux jeunes gens qui se tenaient de l’autre côté – Zoé, puis Jamie, puis de nouveau Zoé. Il vit aussi la pièce dans laquelle il était allongé, ses murs blancs et les cercles qui les ornaient. Il regarda de nouveau le Docteur.

« Je… Je suis… revenu ? » demanda-t-il, la bouche pâteuse.

« Revenu sur Terre, tu veux dire ? » Le Docteur continua calmement. « Je crains que non, jeune homme – tu es toujours dans l’espace. Dans le TARDIS. »

« Le TARDIS ?… »

L’astronaute tenta de se dresser sur ses coudes mais Zoé appuya sur ses épaules pour qu’il reste allongé.

« Chhh… Ne bouge pas. Reste calme. Nous t’expliquerons plus tard. »

L’astronaute ne put empêcher un sourire de se former sur ses lèvres quand Zoé lui parla, même s’il aurait préféré qu’elle le laisse s’asseoir. Il se tourna de nouveau vers le Docteur.

 » Qui êtes-vous ? Comment vous m’avez trouvé ? Vous pouvez au moins m’expliquer ça… »

« Hé bien… »

Quelques minutes plus tôt, alors que le Docteur et ses compagnons scrutaient les environs d’une planète sur l’écran du scanner, quelque chose était entré dans leur champ de vision. Un scaphandre d’astronaute blanc flottant immobile dans le vide. N’ayant capté aucun signal radio émis par l’astronaute (ou capté par celui-ci), le Docteur avait douté qu’il fût encore vivant, jusqu’à ce que Zoé émit l’hypothèse que la radio pouvait être en panne. Alors que le Docteur spéculait sur l’origine de l’astronaute, les raisons possibles de sa situation et l’éventualité qu’il pouvait s’agir d’un piège (et dans ce cas, par qui ?), un Jamie impatient avait pressé le Docteur de faire quelque chose – comme par exemple, secourir l’astronaute ! Et si ce n’était pas un piège après tout ? Et s’il était vraiment à la dérive ?

Après un moment d’hésitation, le Docteur avait décidé de matérialiser le TARDIS autour de l’astronaute, de façon à le recueillir dans la salle de pilotage.

Au grand soulagement du Docteur, il n’y avait pas eu de piège ou d’embuscade. L’astronaute était humain, mais inconscient et quelque part entre la vie et la mort. Le Docteur, Jamie et Zoé avaient dû tout mettre en œuvre pour réanimer le jeune homme, après l’avoir extrait du scaphandre. Ils l’avaient transporté dans la chambre où dormait Susan avant qu’elle ne quittât le TARDIS, l’avaient allongé sur une couchette. Zoé n’avait pas quitté les côtés de l’astronaute. Jamie avait étudié le scaphandre avec une certaine fascination – ce n’était pourtant pas le premier équipement spatial qu’il avait vu depuis qu’il accompagnait le Docteur. Celui-ci avait d’ailleurs affirmé avec certitude que le scaphandre datait du début de la conquête spatiale, mais ce qui avait le plus retenu l’attention du Docteur était l’absence d’insignes ou d’autres éléments d’identification. La seule chose qui y était cousue était un Smiley jaune – « quelque chose qui sera très à la mode en Amérique dans les années 1970. Ou 80. » avait dit le Docteur à Jamie qui lui avait demandé ce que c’était.

Quant au jeune homme, il paraissait à peine plus âgé que Jamie et aux yeux du Docteur, un peu trop jeune pour voyager dans l’espace. Sa combinaison bleue ne portait qu’un seul insigne où on pouvait lire Major Tom. Pas de drapeau ou de logo d’agence spatiale, juste un grade et un nom.

« Vraiment très très étrange… » n’avait cessé de répéter le Docteur. « Ça ressemble presque à une farce… »

« Une farce ? » Major Tom ricana en entendant le Docteur le dire pour la énième fois. « Ils seraient très contents d’entendre ça à la base ! » L’astronaute était un peu moins pâle et put s’asseoir. Il expliqua qu’il participait à une série de vols spatiaux expérimentaux. Sa mission était simple : partir dans l’espace, voler aussi loin que Gagarine et revenir sur Terre.

« Mais on est à des milliers de kilomètres de la Terre ! » s’écria Zoé. « Personne au 20ème siècle n’est allé aussi loin. Comment tu as pu te retrouver ici ? »

« Personne n’est allé aussi loin à mon époque », répondit Major Tom avec la même ironie. « Parce que personne ne sait jusqu’où je suis allé ! On ne le saura sûrement jamais… »

Son visage changea subitement d’expression, comme si une main invisible avait inversé le sourire de l’astronaute.

« … parce que j’ai été égoïste et ai désobéi à la base. Parce que je voulais aller plus loin que la Terre, même au-delà de la lune et pourquoi pas trouver de la vie sur Mars… et que je ne voulais pas gâcher cette aventure… et j’ai donc coupé la radio. »

Puis tout à coup, j’ai senti des secousses et tout est allé trop vite. A partir de là, je ne contrôlais plus rien. Je ne savais plus où j’étais. Je pensais être tombé dans une étoile noire et… et que tout était fini… »

Une étoile noire ? Ça ressemble davantage à un trou de ver… pensait le Docteur. Mais ce n’était pas le moment de lui parler de physique quantique car Major Tom était prostré contre le mur et aussi soudainement devenu aussi blanc que son scaphandre.

« C’est peut-être même vraiment fini… » dit l’astronaute d’une voix tremblante. « Tout ce que je vois et j’entends est peut-être un délire. En fait, je suis… »

« Non, tu n’es pas mort! » dit Jamie sur un ton qui se voulait rassurant mais que son accent écossais avait rendu plus agressif. Voyant qu’il avait effrayé l’astronaute, il ajouta en baissant le ton. « Et tu n’es pas seul non plus. »

« Alors… »

« Jamie, Zoé… » Le Docteur se tenait près de la porte et fit signe à ses compagnons de le rejoindre dans la salle de pilotage à côté. « Laissons Major Tom se reposer. Nous allons voir ce que nous pouvons faire pour lui. »

Lorsque le Docteur lui annonça plus tard qu’il pouvait reprendre contact avec sa base terrienne, Major Tom refusa.

« Ils croient sûrement que je continue à dériver dans l’espace… » Il haussa les épaules. « C’est peut-être mieux ainsi. »

L’astronaute avait finalement pu se remettre debout et même marcher après un peu de rééducation. Il avait rejoint l’équipage dans la salle de pilotage. Les bras croisés, il regardait le Docteur manier la console.

« En quoi est-ce mieux ? » demanda Jamie.

« C’était mon tout premier voyage dans l’espace, mais ce sera aussi le tout dernier que je ferai. »

« Nous pouvons alors t’amener où tu veux » dit le Docteur sans lever les yeux de la console. « Même quand tu veux. »

« Aussi quand je veux… » murmura Major Tom, absorbé par le rotor

« Non, je ne veux pas changer d’époque » il dit après un silence, en secouant la tête. « Mais je veux recommencer à zéro…et je le ferai à Londres. »

« Comme tu souhaites » Le Docteur s’activa sur sa console. Major Tom regarda comme hypnotisé le rotor montant et descendant, alors que le TARDIS se mit en mouvement.

« Et qu’est-ce que tu feras dans ta nouvelle vie ? » demanda Zoé.

L’astronaute haussa encore les épaules. « Je ne sais pas encore. Devenir artiste, peut-être ? Il y a aussi beaucoup de territoires à explorer dans la peinture, le cinéma, la musique… Pourquoi pas monter un groupe de rock ? Je ne sais pas ce que je ferai à partir de là mais je suis sûr que je ne vais pas m’ennuyer ! »

K9-separateur-small4

Nata Luna Sans (texte)

Terry Pratchett

***

« Ça me semble pratique, quand même… Ainsi, vous ne vous soucierez pas de tomber malade ou de vous faire mal. Enfin, vous êtes plus fort que le Docteur, » dit Alison.

« Réfléchissez aux Golems de notre roman de Pratchett préféré, ma chère Mlle Cheney. »

Alison lui avait piqué la copie de Pieds d’Argile que le Maître était en train de re-lire dans la bibliothèque du TARDIS.  C’est ainsi qu’ils avaient découvert encore un intérêt en commun, à part l’instinct d’analyse psychologique qu’ils avaient noté dès leur premier rencontre.

Elle y pensa.  C’était des êtres monumentaux en terre cuite, ‘programmés’ et mis en marche grâce à des mots d’ordre, écrits sur des bouts de papier que l’on gardait dans le crâne. Quand on leur sortait les phrases, les Golems s’éteignaient.

« D’accord, je crois comprendre où vous voulez en venir… »  Selon les principes, un Golem devait travailler et devait avoir un maître.

« Lorsqu’on se trouve converti en machine, il faut se demander: machine à qui et à quoi faire ? »

Le Maître fit une pause, comme s’il était toujours en train de se demander tout ça.

Alison réfléchit mais trouva plus de questions que de conclusions.

Le Maître sortit un petit gadget de sa poche. Ça avait l’air d’un vieux téléphone portable, mais avec davantage de boutons et de petits écrans numériques. Un grand bouton rouge en particulier serait celui d’alimentation.

« Le Docteur a construit la première version de ce corps-ci, m’a téléchargé de la base de données du TARDIS jusqu’ici »

Il indiqua du doigt sa propre tête.

« Et ensuite il m’a réveillé »

Il mima l’acte de toucher le gros bouton rouge.

« Drôle de sensation, hein? »

« Ma chère Mlle Cheney, vous ne vous en imaginez même pas la moitié. »

Plus tard, bien sûr, les Golems du roman avaient trouvé la façon de se posséder eux-mêmes…

« Avant c’était le Docteur qui avait la télécommande, n’est-ce pas? »

Alison s’était déjà habituée à ce que les deux Seigneurs du Temps disparaissent parfois dans des zones inconnues du TARDIS et reviennent après quelques heures ou parfois après des journées entières… De retour, ils avaient toujours l’air fatigués mais plus relaxes.  D’abord elle croyait qu’ils se cachaient pour des moments d’intimité, mais après elle se rendit compte que c’était comme ça qu’ils épargnaient leur invitée de l’embarras de les entendre discuter ou de les voir se battre à coups de poing ou d’épée ou… Alison n’aimait pas vraiment y réfléchir : si ça leur convenait, c’était pas de ses affaires.  Mais elle soupçonnait que c’était pendant une de ces absences que les deux s’étaient finalement parvenus à un accord.*

« Nous avons une sorte d’entente : le Docteur me donne la plus grande liberté possible, et quant à moi, je m’abstiens d’en profiter au maximum. »

Alison avait envie de lui demander pourquoi et comment ils étaient arrivés a coopérer ensemble, et surtout de demander au Maître ce qu’il ferait s’il avait sa pleine liberté.  Mais elle craignait une réponse trop tragique.

Une fois, elle lui avait demandé la raison de son pseudo (« Maître de quoi, exactement? ») et il avait répondu « de tout, bien sûr ».  Si cela avait été vrai auparavant, ce n’était évidemment plus le cas. Mais elle le voyait tous les jours décider de prendre soin du Docteur quand il aurait pu s’amuser à lui rendre la vie impossible. D’une certaine façon, il avait maîtrisé, sinon l’univers, au moins son propre destin.
*(faut avoir des notes à pied de page comme Pratchett) : http://archiveofourown.org/works/4194012

K9-separateur-small4

Oskarya (fanart)

Christopher Lee

laetitio-raoult-red

K9-separateur-small4

Sébastien Faron (photomontage)

Divers

sebastien-faron

K9-separateur-small4

Stephanie Louastron (texte)

David Bowie

-non vraiment ce costume de clown blanc et cette perruque de cheveux orange je suis seduit monsieur ou madame ziggy poussiere d’etoile ?c’est bien ça c’est bien ça je n’étais pas sur d’avoir bien saisi votre nom au juste appelez moi Docteur!-en revanche ces grosses chaussures noires du docteur martens j’ai comme un doute tout comme pour cette vesste velours à doublure satin rouge vif cela me semble un peu trop avant_garde pour moi je ne suis pas sure de retenir votre suggestion sans rancune cher ami . ah vou voilà yout les 2 1heure que je vous cherche dans tous les locaux UNIT. plait il brigadier? – je suis content de vous trouver ensemble justement -docteur laissez moi vous présenter votre tout nouvel assistant pour remplacer miss gGrant ce jeune homme ne parle que de la plete mars et de la vie sur mars il dit aussi avoi rencontré un homme nommé le Maitre qui a vendu le monde bref charabia que tout celà sombre histoire-seul vous pourrez comprendre quelque chose j’espère -je vous présente donc le jeune Major Tom fraiche recrue de UNIT -Euh je ne sais pas je n’ai pas besoin d’un assistant Alistair !!! Brigadier revenez ici immédiatement svp

K9-separateur-small4

 Umanimo (fanarts)

David Bowie

David-Bowie

 Alan Rickman

Alan-Rickman

K9-separateur-small4

À bientôt pour un nouvel Artisons.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Artisons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s